ACS et TiSA même combat 

Economie

ACS et TiSA même combat

WikiLeaks, le lanceur d’alerte vient de publier de nouveaux documents qui démontrent que les multinationales pourraient bien s’emparer du pouvoir politique.

L’Accord sur le Commerce des Services (ACS) ou Trade in Service Agreement (TiSA) est très avancé selon le lanceur d’alertes fondé par Julian Assange.

Cet accord prévoit une déréglementation totale du secteur des services des 23 membres de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) où figure l’Union européenne.

Déjà en mai 2016, Julian Assange dénonçait ce traité qui imposait au pays de renoncer à toute législation imposant une implantation locale ayant pour effet l’obligation de signer des contrats d’embauches locales, l’utilisation des produits industriels nationaux, des efforts de recherche in situ ainsi que des transferts de technologie.

Ce traité pour ses détracteurs sent le soufre par sa nature très confidentielle protégée par un copyright de droit privé américain dont un exemplaire se trouve dans un coffre-fort au Parlement européen avec accès restreint.

Du fait que les députés européens avaient voté en juillet 2013, le transfert de souveraineté populaire à la Commission européenne par 526 pour et 111 contre, elle seule est donc habilitée à traiter le ACS ou TiSA au grand dam de la souveraineté des pays composant l’Union européenne.

le 16/09/2016 à 05h29min48s

commentaires momentanément suspendus

Commentaires