Ce soir, au Tampon, c’est un cri contre la politique de l’Europe 

Présidentilles 2017

Ce soir, au Tampon, c’est un cri contre la politique de l’Europe

Les résultats du 1er tour des élections présidentielles sont tombés. Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont qualifiés pour le second tour avec respectivement 23,70 % et 21,90 % des suffrages exprimés. Des résultats qui ne manquent pas de faire réagir André Thien Ak Koon dans un communiqué que nous reproduisons ci-dessous notamment sur le vote des Tamponnais.

Les résultats de l’élection présidentielle 2017

Ce sont les primaires qui ont fait exploser le système politique.
L’organisation des primaires est critiquable. On paye 2 euros, et n’importe qui peut voter.

On est victime d’une primaire concoctée par des technocrates détachés de la réalité quotidienne des français.

Le peuple est souverain de son vote. Il ne faut jamais oublier qu’en démocratie c’est toujours le peuple qui décide.

Et quand on le « borde », il vous retrouve un jour. (Référendum sur le Traité Européen, en 2005)

La tendance AU TAMPON
Taux de participation : 63,45%

SCORE DE LEPEN et MÉLENCHON

Le vote de Le Pen ET de Mélenchon est un phénomène de rejet général profond de la politique qui est conduite jusqu’à présent, en matière économique et sociale.

C’est la confirmation de la gravité d’une situation que nous connaissons quotidiennement en tant que Maire ; que nous avons toujours dénoncé.

Exemple :

Prenons le cas :

- De l’illettrisme,
- Des hôpitaux, des urgences, des soins, les conditions dans lesquelles les gens sont mal soignés,
- Suivi des malades,
- Des prisons
- De nos écoles
- Du chômage,
- Du logement,
- Les retraités
- Des jeunes qui fuient notre pays
- La fuite des capitaux à l’étranger
- L’installation de nos entreprises à l’étranger, encouragé par l’argent de la République,
- Le désespoir des agriculteurs (canne à sucre, maraîchers, etc), des éleveurs (bovins et porcins), des planteurs en général.

La France ne peut plus aider les planteurs de cannes sans l’accord de l’Europe.

La France a perdu sa souveraineté. C’est Bruxelles qui décide.

Un État doit être souverain de son pouvoir.

LE VOTE DES EXTRÊMES

C’est un vote de contestation qui est né du chômage des jeunes, abandonnés.

Cette situation est l’expression d’un vif mécontentement général.

Dans notre commune du TAMPON en 2012, traditionnellement de droite, la population a voté à 62% au 2e tour pour le candidat socialiste, Hollande.

C’était déjà le grand symbole d’une grande espérance que la population a lancé et que le gouvernement n’a pas su saisir.

Cette espérance a été bafouée, ignorée, par les gouvernements successifs.

Et la population a été trompée.

Le vote des extrêmes est un vote de grand mécontentement et de grande déception.

Ce n’est pas surprenant que la population lance aujourd’hui, un grand cri de désespoir.

Les élus de terrain sont bridés. La population étouffe dans la bureaucratie et la paperasse administrative.

Il appartient aux responsables politiques de prendre en considération et de ne pas continuer à les ignorer.

Notre position et celle de notre équipe sera connue sous 48 heures.

On a connu une crise économique grave, une crise politique grave.

Tous les hauts responsables doivent en prendre conscience.

SITUATION DES OUTRE-MER

Tous les hauts responsables politiques qui dirigeront notre pays doivent être tenus pour responsables du vote de ce jour.

Exemple : Trois jours avant le vote, ils découvrent que la GUYANE a des problèmes.

L’État a débloqué 3 milliards car il a découvert que la situation était explosive.

L’État a reconnu implicitement qu’il existait un grand fossé entre des responsables de l’État et l’outre-mer.

C’est de l’inconscience des hauts dirigeants.

L’outre-mer est en état d’urgence économique et sociale.

L’outre-mer ne compte que quand il y a des élections.

Cette situation est aggravée par une politique de libre-échange inhumaine.

Le retard de notre île ne sera jamais comblé.

Ça fait 70 ans qu’on fait une politique colonialiste.

On nous considère comme des enfants adoptifs. (Comme des enfants de la DDASS).

Il y a de plus en plus de SDF. Il y a de plus en plus de familles dans la misère, victime du coût de la vie. (+35% avec les mêmes prestations sociales)

De plus en plus de mal logement.

L’illettrisme touche 110 000 personnes.

Le RSA : 90 000 familles, soit 180 000 adultes

130 000 chômeurs.

Il y a 310 000 personnes, soit l’équivalent de 50% de chômeurs à la Réunion.

On est encore en colonie. On n’est toujours pas en Département.

Il y a 52% de la population qui vit en dessous du seuil de pauvreté. (référence 935 euros à la Réunion) (880 euros en Métropole)

Si vous considérez que le coût de la vie est de 35% plus cher qu’en métropole, vous devez ajouter 35% sur les 935 euros de référence, soit 1262 euros.
Donc toutes les familles réunionnaises qui vivent à moins de 1262 euros sont en dessous du seuil de pauvreté, en termes de pouvoir d’achat définis par le législateur.

C’est un système post-colonial qui continue encore de bafouer les droits élémentaires des peuples.

Il ne faut pas être surpris, avec une telle politique, que la population fasse appel aujourd’hui aux extrêmes.

L’EUROPE

Si aujourd’hui, les Tamponnais donnent aux deux extrêmes la majorité, c’est parce que la politique européenne est jugée néfaste pour l’avenir.

Le peuple reproche à La France d’avoir abandonné sa souveraineté à Bruxelles.

En effet, en 2005, 55% des Français a voté non pour les traités européens, tels qu’ils existaient.

Alors que 55% des votants avaient demandé à revoir les traités européens et les traités de libre-échange.

Pendant toutes ces années, la politique européenne a échappé aux Français.

Les gouvernements successifs ont mené la même politique européenne sans respecter la volonté des peuples.

De même, la mainmise des services de l’État sur le fonctionnement des communes empêche le développement des chantiers par des procédures administratives qui empêchent le pays de lancer de nombreux chantiers.

Exemple : pour faire un petit pont pour supprimer un radier et mettre en sécurité la population, il faut plus d’un an de procédures, alors que le budget est disponible.

C’est un exemple parmi d’autres.

Il faut rendre aux Mairies, le premier échelon de la proximité, une plus grande liberté d’actions.

Depuis combien de temps, avons-nous dénoncé la politique négative de l’Union Européenne. On n’a jamais pris au sérieux nos alertes.
Exemple : la canne à sucre.

Pour ceux qui ont encore quelques doutes sur la politique européenne pour l’outre-mer, ils seront édifiés de savoir que les planteurs de cannes, plus de 30 000 hectares ne savent pas ce qu’ils deviendront.

ANDRÉ THIEN AH KOON
Maire du Tampon
Conseiller Départemental
Membre honoraire
du Parlement français

le 23/04/2017 à 21h45min48s

commentaires momentanément suspendus

Commentaires