Un juge aux propos sexistes 

Justice

Un juge aux propos sexistes

Alors qu’un juge du tribunal de Nanterre présidait une audience dans le cadre d’une affaire de violences conjugales celui-ci s’est fendu de propos sexistes d’un autre âge mettant en avant « le devoir conjugal ».

Le 31 mai alors qu’un homme était jugé pour « menaces de mort réitérée » l’audience a pris une autre tournure lorsque le juge a porté un soutien inattendu à l’accusé.

En effet, en pleine audience le juge a fait savoir à la plaignante, qui faisait chambre à part, se soustrayait à son devoir conjugal.

Des propos qui ont fait bondir l’avocate de la partie civile, Maitre Migueline Rosset en ce que non seulement le juge a mis en avant le devoir conjugal mais explique-t-elle encore que celui-ci « a insisté. Par trois fois, il est revenu sur le devoir conjugal en expliquant même qu’il avait été juge aux affaires familiales et qu’il savait de quoi il parle ! »

Un parti pris inacceptable d’autant plus comme le rappelle l’avocate offusquée « Mais enfin, le devoir conjugal, ça n’existe pas. On n’est plus dans les années 1960 ! ».

Une situation incongrue et déplacée qui fait que Me Migueline Rosset a rédigé un courrier au président du tribunal de grande instance de Nanterre, Jacques Boulard pour lui exposer les faits.

La réaction du président ne s’est pas faite attendre. Le juge a été convoqué et risque de se voir retirer la présidence des comparutions immédiates.

le 02/06/2017 à 20h47min14s

commentaires momentanément suspendus

Commentaires