La stèle du pont de La Ravine des Cabris 2 vandalisée signe d’un malaise 

Fait divers

La stèle du pont de La Ravine des Cabris 2 vandalisée signe d’un malaise

Pour commémorer la liaison Tampon – Trois Mares, le 19 décembre 2017, les représentants de la commune avaient participé à l’inauguration de celle-ci en y apposant une stèle. Après les dernières pluies, la stèle a été vandalisée.

Par qui, on ne le saura peut-être pas. Pourquoi on peut le deviner à la lecture de l’inscription qui s’y trouve en créole qui fait valoir, après qu’on a entouré le nom d’André Thien Ah Koon avec de la bombe noire, « Respek nout natir » (Respecte notre nature).

Cette œuvre d’art pour utile qu’elle soit et symbolisant la liaison Tampon – Trois Mares elle-même, apparemment ne plait pas à tout le monde.

Il faut dire que les dernières pluies ont révélé que dans la conception de l'œuvre d’art les porteurs du projet ou les responsables du projet n'avaient prévu aucune évacuation d’eau pour, intelligemment, diriger celles-ci vers les cours d’eau naturels ce qui pourrait sembler pour d’aucuns que les autorités auraient fait fi de la nature elle-même.

Résultat des courses, le Chemin Portail avait été entièrement détruit, les impasses perpendiculaires possédées par les eaux et la rue Hubert Delisle sur Le Trois Mares entièrement inondée empêchant toute circulation et par conséquent l’activité économique quand des maisons en contre bas de la nouvelle route devaient faire face à des inondations.

Une incivilité, expression d’un malaise, qui touche non seulement André Thien Ah Koon mais tous les conseillers municipaux dont les noms se trouvent inscrits en ce que, non content d’y avoir laissé ce message directement au maire de Le Tampon, la plaque commémorative a aussi été éclaboussée de substance blanche comme de la peinture question peut-être de montrer la responsabilité de tous les acteurs dans cette œuvre d’art qui restera dans les annales tamponnaises comme l’incompétence totale d’une équipe pour ne pas avoir pensé correctement un projet majeur et au vu de ce qui s’est passé lors du passage de Berguitta, la mise en danger de la vie d’autrui.

le 04/02/2018 à 10h52min28s

commentaires momentanément suspendus

Commentaires