Yannis Lebon tire la sonnette d’alarme sur la gestion calamiteuse d’André Thien Ah Koon 

Yannis Lebon tire la sonnette d’alarme sur la gestion calamiteuse d’André Thien Ah Koon

Après quatre années de mandature d’André Thien Ah Koon et de sa majorité qui disaient vouloir redresser Le Tampon où en est la ville et ses grands projets ? Une question à laquelle a tenté de répondre Yannis Lebon, conseiller municipal de l’opposition ce matin lors d’une conférence de presse.

Le Tampon bouge pourrait-on croire. Pas tant que ça si l’on se réfère à Yannis Lebon, conseiller de l’opposition qui n’y va pas de mains mortes 4 ans après qu’André Thien Ah Koon a repris le pouvoir sur Le Tampon.

La ville qui compte plus de 76 000 habitants et pas moins de 17 000 demandeurs d’emplois dont 3 217 de moins de 25 ans et qui se situe à la 3ème place au classement des 100 plus grandes villes les plus pauvres de France attire les foudres du conseiller quant à sa gestion.

Il faut dire, si l’on reprend les termes de l’élu, que cette gestion se fait de façon opaque et que rien ou prou n’est communiqué aux élus de l’opposition voire à la population elle-même.

Ainsi tous les chantiers qui sont faits sur Le Tampon n’affichent pas les panneaux obligatoires « si ce n’est les banderoles à la gloire du maire ».

Ainsi fait savoir l’élu, « On ne sait jamais la durée des travaux, le nom des entreprises qui y sont, le montant des sommes engagées, même quand on est élu de l’opposition ».

Une gestion opaque confortée par le fait que « la commission d’appel d’offre n’est composée uniquement que des membres de la majorité ».

Au-delà de cet aspect c’est aussi une gestion à la petite semaine qui ne manque pas de pénaliser les Tamponnais.

Et l’élu d’avancer que presque tous les chantiers entrepris sur Le Tampon sont en arrêt et d’énumérer, la contournante Est dont on ne sait si celle-ci va être poursuivie et qui met en danger Terrain Fleury notamment son école, son collège et qui ne saurait être la solution du fait que cette contournante exige qu’on emprunte des radiers forts dangereux par temps de pluie notamment par la présence du Bras Cochon et de La Rivière d’Abord comme ne manque pas de renchérir Pierre-Guy Paulin du Cercle Démocratique du Tampon. La contournante Ouest qui se veut « un simple tronçon tracé derrière l’université à l’état d’abandon et qui débouche sur une ravine » et qui « n’a jamais été ouverte à la population ». La RD3 qui relie Le Tampon à Bérive et qui se veut « plus que dangereuse et qui expose les tamponnais qui vivent au-delà de la Ravine Jean Payet à des éboulis au quotidien ». Le prolongement du Boulevard du Général de Gaulle et ses malversations ( ?!!!) qui a peine terminée a été détruite par Berguitta du fait de la précipitation de sa conception. La restauration du cinéma Eden qui a été abandonnée. La caserne des pompiers qui semble ne pas émerger malgré l’achat d’un terrain pour 700 000 € avec un bâtiment qui ne serait pas aux normes.

Autant de griefs auxquels viennent se greffer, selon Yannis Lebon, le projet d’une mairie de 4 tours qui aux dernières nouvelles ne se résumerait qu’à une tour pour 59 millions d’euros sans qu’on ne sache si les organismes comme Pôle Emploi, la CGSS et autres allaient s’y installer , le gel du salaire des employés communaux, la mauvaise gestion des Atsem à qui on a alloué un budget « uniquement de 300 000 € » au profit des fêtes et cérémonies qui explosent à 1 685 400 € et qui fait dire à l’élu de l’opposition – qui s’engage à saisir le préfet pour ces dysfonctionnements notamment sur l’attribution d’une cité administrative et le Parc des Palmiers – que « Le Costa Tamponia, les Tamponnais le vivent maintenant » comme une boutade à André Thien Ah Koon qui lors de sa campagne électorale de 2014 se saisissant d’un fait divers dramatique disait vouloir relever Le Tampon.

le 07/02/2018 à 09h26min12s

commentaires momentanément suspendus

Commentaires