4300  Les gilets jaunes bloquent le rond-point des Azalées 

Social

Les gilets jaunes bloquent le rond-point des Azalées

C’était entendu depuis pas mal de temps sur les réseaux sociaux et il ne suffisait que de mettre en application ce que d’aucuns avaient tout bonnement nommé le mouvement des « gilets jaunes » pour contester la politique d’Emmanuel Macron et de son gouvernement.

Très tôt ce matin des inconnus de différents horizons sur Le Tampon ont donc répondu à l’appel lancé sur les réseaux sociaux afin de faire entendre le mécontentement contre la politique de l’actuel gouvernement et ce malgré les décisions prises mercredi par ce dernier pour tenter d’éteindre le feu.

Ils étaient donc une centaine à tout casser sur le rond-point des Azalées pour crier leur colère.

Si tous ne portaient pas de gilet jaune, tous cependant n’avaient qu’un mot en tête celui de faire plier le gouvernement sur les taxes, l’augmentation du carburant, les retraites…

Dans une ambiance bon enfant, chaque axe donnant une éventuelle échappée avait été occupé par les manifestants dont certains brandissaient haut le drapeau français et des pancartes qui en disaient long sur leur ras-le-bol

D’aucuns tentaient tant bien que mal d’arrêter quelques motos que se faufilaient mais personne n’entravait la circulation des véhicules d’urgence comme les ambulances, les pompiers et autres secours. Le mot d’ordre étant de laisser passer tout ce qui avait lien avec l’assistance aux personnes en danger.

Des manifestants, jeunes, vieux, hommes, femmes, qui criaient leur colère sous l’œil avisé des forces de l’ordre qui faisaient le va-et-vient entre différents interlocuteurs pour tenter de désamorcer d’éventuels débordements qui à 10h en tout cas n’apparaissaient aucunement sur le site.

D’aussi loin que l’ont pouvait voir, certains automobilistes s’impatientaient sur la quatre voies pour pouvoir entrer sur Le Tampon quand d’autres pour y sortir, plus malins, avaient suivi les consignes.

Ils étaient certes peu nombreux, sûrement du fait des consignes du ministère de l’Intérieur de sanctionner toute entrave à la circulation, mais suffisamment pour faire savoir qu’un mouvement social était né et comme à Saint-Pierre, ils pouvaient agir contre une politique portant atteinte selon leurs dires à leur pouvoir d’achat et bien-être.

Un mouvement certes qui se voulait apolitique mais qui n’a pas manqué toutefois d’être récupéré tant par les mouvements politiques comme le RN, LR et PS.

le 17/11/2018 à 09h12min31s Lu 0 fois

commentaires momentanément suspendus

Commentaires