4285  Monique Bénard démissionne de la Région 

Politique

Monique Bénard démissionne de la Région

Conseillère régionale depuis 2015, Monique Bénard-Délais démissionne de son poste au profit de Conseillère municipale.

Personnalité montante parmi les politiques de Le Tampon, cette sage-femme élue en 2014 Conseillère municipale et en 2015 Conseillère régionale quitte donc la Région pour dit-elle se consacrer à plein temps à ces concitoyens Tamponnais.

D’aucuns pourraient dire qu’elle fait écho à l’appel du président de Région, qui lors de la crise des « Gilets jaunes », solennellement et devant la ministre des Outre-mer avait demandé aux politiciens locaux d’accepter le principe « un Homme, un mandat, une fonction », sauf, qu’à l’écouter, cette idée émerge de son expérience de terrain et cette dernière d’énumérer un système politique opaque dans lequel elle ne s’y retrouve plus et encore moins lorsqu’elle réalise que les délégations qu’on lui octroie en tant que 2ème adjointe est une coquille vide sans qu’on daigne lui apporter les explications l’obligeant à prendre contre vents et marées des positions au CCAS et au CT CHSCT de la commune de Le Tampon et ce contrairement à l’avis du 1er magistrat tout comme elle le fera en septembre 2017 pour s’opposer au maire de Le Tampon dans le cadre de l’achat d’un camion qu’elle juge injustifié, décision franche et ferme qui lui vaudra de perdre et son statut de 2ème adjointe et les différentes délégations y afférentes.

Le système politque tamponnais opaque et racketteur

Un système opaque sur Le Tampon qui couvre selon elle un racket notamment sur ses indemnités dont elle voyait être ponctionnées de 10 % pour aller dans une caisse au nom de deux personnes et ce sans aucune traçabilité.

Un système flou donc qui engendre la peur notamment celui de le dénoncer et qui l’oblige encore plus à prendre ses distances pour s’intéresser réellement à la population tamponnaise dont elle dit connaitre le ressenti et la souffrance l’amenant à comprendre cet élan de révolte qui s’est saisi du département depuis novembre 2017.

Un mouvement social fort qui a sonné l’heure des responsabilités de chacun et plus particulièrement des politiques qui s’ils veulent rester crédibles auprès de ceux qu’ils sont sensés représentés doivent s’acquitter de leurs responsabilités.

C’est donc en tout état de cause et loin des « Gilets jaunes » vers qui elle ne s’est pas rendue pour éviter toute idée de récupération politique mouvement, que sa décision a été prise donc de démissionner du mandat de Conseillère régionale qu’elle occupait jusqu’à maintenant et ce dit-elle afin de reconstruire sur Le Tampon un « véritable modèle social et économique, au-delà des clivages politiques, de la politique politicienne, qui n’a de cesse d’exploiter la misère humaine, et de diviser pour mieux régner ».

Le moment pour elle aussi d’annoncer la création d’une association intitulée « Rayon de soleil tamponnais » visant à « remettre dans notre société du lien, de la solidarité et de l’humanité ».

le 05/12/2018 à 10h45min40s Lu 0 fois

commentaires momentanément suspendus

Commentaires