86056  Trois députés réunionnais votent contre le droit de manifester 

Atteinte à la liberté

Trois députés réunionnais votent contre le droit de manifester

Même au sein de la majorité LREM certains députés s’étaient abstenus de voter en faveur d’une loi que beaucoup jugent comme liberticide et connue sous le vocable de loi « anticasseurs ».

Qu’à cela ne tienne, parmi les députés réunionnais qui ont voté vent debout en faveur de cette loi liberticide ont retrouve Nathalie Bassire, Jean-Luc Poudroux et Nadia Ramassamy.

En quoi cette loi porte atteinte à liberté de grève ?

C’est simple, les préfets pourront interdire à l’avenir à une personne connue pour ses débordements lors de manifestations, de manifester sous peine de 6 mois de prison et d’une amende de 7 500 € avec interdiction de manifester sur tout le territoire national pendant un mois.

Par ailleurs les manifestants pourront faire l’objet de fouille pour rechercher des armes par destination et auront l’interdiction de se couvrir le visage sous peine de se voir infliger un an de prison et 15 000 € d’amende.

En outre, s’il demeure qu’il n’y aura pas de fichiers de personnes interdites de manifestation, elles seront toutefois intégrées aux fichiers des personnes recherchées.

Ici les préfets seront juges et partis et exerceront donc une autorité qui jusque là était dévolue au pouvoir judiciaire.

On aura bien compris, quelle que soit la personne qui voudrait faire valoir son mécontentement en manifestant même au sein d'une grève, si un préfet juge qu'elle est "un casseur", ne pourra plus exercer son droit de manifester son mécontentement ou de grève ce qui est anticonstitutionnel.

La loi, qu'ont votée les trois députés réunionnais, est en elle-même attentatoire aux libertés publiques du fait que la liberté de manifester est un droit constitutionnel comme le faisait remarquer Charles de Courson dans l’émission de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

le 07/02/2019 à 16h53min54s Lu 0 fois

commentaires momentanément suspendus

Commentaires