221859  Colis de fruits vers la métropole : les nouveaux interdits 

Economie

Colis de fruits vers la métropole : les nouveaux interdits

A partir du 14 décembre 2019 des contrôles plus drastiques seront faits à l’égard des colis envoyés vers la métropole et les pays de l’Etat de l’union européenne afin de lutter contre l’introduction et la dissémination sur ces territoires de tout nuisibles aux végétaux.

Les particuliers qui enverront leurs colis par eux-mêmes, si ces colis font plus de 5 kg devront déclarer le contenu au guichet du prestataire (La Poste, Chronopost…) pour qu’un contrôle par le prestataire soit fait. Si des végétaux interdits à l’exportation s’y trouvent ceux-ci seront automatiquement retirés.

Toutefois ces formalités ne seront pas nécessaires si le coli fait au maximum 5 kg.

Les particuliers souhaitant voyager avec des végétaux devront se présenter auprès des inspecteurs phytosanitaires présents dans l’aérogare passagers. Les inspecteurs procéderont à un examen des produits sur place et pourront délivrer les documents obligatoires pour le voyage. Ces formalités ne seront pas nécessaires lorsque la quantité de végétaux par voyageur ne dépasse pas 5 kilogrammes. Il est recommandé aux voyageurs de prendre leurs dispositions pour la réalisation de ces formalités.

S’agissant des professionnels et entreprises confectionnant des colis suite à une commande de particuliers il leur sera possible d’exporter les végétaux après contrôle visuel effectué en interne à l’entreprise. Des contrôles complémentaires seront menés par l’administration selon les végétaux concernés.

On retiendra toutefois qu’il est interdit d’envoyer vers la France métropolitaine et autres territoires de l’Union européenne les produits comme :

- mangues
- citrons, combavas et autres agrumes
- piments
- poivrons


Sont autorisés sous réserve de déclaration et sans formalité pour les colis jusqu’à 5 kg :

- letchis
- fruits de la passion
- Tout autre végétal ou produit végétal

Sont autorisés sans restriction de poids et sans formalité préalable :

- ananas
- noix de coco
- bananes


La préfecture informe que des saisies ou poursuites pourront être opérées par les autorités officielles en cas de contrôle défavorable.

En cas d’infraction à la législation relative à l’interdiction des fruits interdits à l’exportation, l’amende pourrait s’élever à 750 € par fruit.

le 04/12/2019 à 04h57min59s Lu 0 fois

commentaires momentanément suspendus

Commentaires