221906  Les Légionnaires du Christ : une abomination de l’Eglise catholique 

Pédophilie

Les Légionnaires du Christ : une abomination de l’Eglise catholique

Pas moins de 175 enfants auraient subi les violences sexuelles au sein de la congrégation des Légionnaires du Christ.

L’histoire commence en 1941 avec un certain Marcial Maciel Degollado (1920 – 2008) qui se décide à créer la « Légion du Christ ».

Si l’inquisition était une horreur de l’Eglise catholique apostolique et romaine, la « Légion du Christ » pour nouvelle qu’elle soit en 1941 n’en sera pas meilleure.

Et si Marcial Maciel Degollado n’avait pas sur berner en 1938 ses supérieurs au Mexique, il n’en sera pas de même pour les papes de l’époque à commencer par Pie XII qui s’intéresse au projet de Marcial Maciel Degollago sous lequel l’organisation obtiendra le Nihil obstat qui est une approbation officielle et signifie que toute publication de cet ordre est exempte d’erreur doctrinale et non contraire à la morale catholique.

Jean Paul II lui-même le reçu le 30 novembre 2004 en audience au Vatican et l’y bénit alors même que des accusations d’abus sexuels touchaient le fondateur de la « Légion du Christ ».

Des liens avec des papes qui permettaient donc de jouir d’une aura et de ne souffrir d’aucune critique ou accusation quand bien même que des actes abominables puissent avoir été commis sous couvert de la foi.

Une protection dont ne se privera pas Marcial Maciel Degollado lorsque celui-ci, feignant d’être malade fera appel à de jeunes séminaristes pour que ceux-ci le masturbent, allant jusqu’à leur accorder l’absolution pour les garçons qui se sentaient coupables nonobstant de leur faire jurer silence.

Une situation qui va perdurer jusqu’à l’avènement de l’élection du cardinal Joseph Aloisius Ratzinger en tant que pape et qui l’a dans le collimateur.

En effet, ça fait bien des années déjà que le cardinal responsable de la Congrégation pour la doctrine de la foi et futur pape a connaissance des agissements de Marcial Maciel Degollado ne serait-ce par le témoignage de huit anciens séminaristes qui ont porté en 1998 sur son bureau les accusations de violences sexuelles dont ils ont fait l’objet de la part du fondateur de la « Légion du Christ ».

L’élection de Joseph Aloisius Ratzinger en tant que pape Benoît XVI va précipiter la chute du loup dans la bergerie et se faire délier davantage les langues jusque là soumises à loi du silence par le « vœu de charité » édicté le 15 septembre 1956 par Marcial Maciel Degollado en personne qui se sentait déjà menacé en 1948 notamment par le cardinal Valeirio Valeri qui n’a pas manqué de le démettre de ses fonctions avant que Clemente Micara, l’un des amis de Marcial Maciel Degollado, le rétablisse dans celles-ci lors de la mort de Pie XII . Un vœu de charité auquel doivent se soumettre tous les légionnaires du Christ et qui leur interdit de dire du mal d’un supérieur.

Ainsi durant des années vont se perpétrer au sein de l’Eglise des violences sexuelles à l’égard des enfants sans que ceux-ci ne puissent témoigner de leurs souffrances.

Un document interne à la « Légion du Christ » paru le 21 décembre 2019 ne fait que témoigner de ces crimes où il apparait de façon non exhaustive que pas moins de 175 enfants ont été abusé par les Légionnaires du Christ durant ses quatre-vingt années d’existence.

Les victimes directes de Marcial Maciel Degollado s’élèveraient au moins à 60 mineurs plus particulièrement des séminaristes abstraction faite des ses propres enfants dont deux de ses fils qui témoigneront contre lui.

En effet, Marcial Maciel Degollado outre le fait d’avoir berné des papes avait aussi une double vie notamment celle d’époux sous de fausses identités On lui connait donc une fille établie à Madrid, trois fils mexicains, un fils britannique et une fille de nationalité française qui serait décédée dans un accident de voiture selon Le Monde.

Ceci dit, le rapport qui apparait sur ceroabusos.org ne fait pas dans la dentelle.

33 prêtres et diacres seraient concernés par ces actes pédophiles ou pédocriminels sur 175 mineurs. 18 font partie de la Légion du Christ mais n’officient plus.

Sur les 33 prêtres, 6 sont morts sans avoir été jugés. Un a été condamné. Un autre est en procès.

Une abomination donc au sein même de l’Eglise catholique apostolique et romaine qui lui fait aujourd’hui ombrage et porte plus que jamais l’infamie sur son organisation.

le 31/12/2019 à 13h27min16s Lu 0 fois

commentaires momentanément suspendus

Commentaires