223008  Saint-Joseph : opérations « ville morte » 

Catastrophe économique

Saint-Joseph : opérations « ville morte »

La ville de Saint-Joseph ne serait-elle pas en train de mourir ? Tout le laisse à croire en visitant le centre-ville de cette commune du Sud sauvage.

On en rirait presque si ce n’était pas les prémices d’un scénario catastrophe. Saint-Joseph, ville du Sud sauvage se meurt.

Cette petite bourgade de 37 069 habitants qui grouillait le samedi de clients dans son centre-ville n’a plus la même allure depuis l’ouverture de Leclerc « Les Terrass ».

Il suffit de s’y rendre et de s’y balader un samedi pour se rendre compte. Le centre-ville est mort. Les commerçants patients, résistants comme dans une guerre larvée, attendent souvent de longs moments avant que des chalands se transforment en clients. Des chalands de plus en plus rares et de plus en plus précieux.

L’atmosphère est lourde non pas à cause de la chaleur mais bien du fait de cette hémorragie que d’aucuns ne savent comment arrêter.

Quelques voitures passent encore dans la ville. Elle est tellement vide qu’on pouvait aujourd’hui s’y garer sans difficulté. Parmi ces voitures qui y circulent souvent en trombe, des jeunes qui écoutent la musique à fond la caisse question de meubler peut-être cet espace qui brille par son silence.

Dans une enseigne que nous ne citerons pas une vendeuse témoigne de ce qui se passe. « Depuis l’ouverture du nouveau Leclerc, la ville s’est vidée. La clientèle se fait rare. Pourtant Leclerc "Les Terrass" ne fonctionne pas vraiment. J’ai eu connaissance que les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes de ceux qui l’ont mis en place et vous savez les promesses n'ont pas été tenues ».

Si on se balade dans Leclerc "Les Terrass", il est vrai que les clients ne s’y bousculent pas. Les caisses pour nombreuses qu’elles soient, restent pour la plupart vides.

Certaines boutiques de la galerie ont du mal elles aussi à faire face. Il se susurre que pour certaines le chiffre d’affaire n’est pas au rendez-vous. Pourtant nous sommes le weekend et la galerie devrait fourmiller de monde.

D’aucuns disent qu’il est vrai que ça ne fonctionne pas mais qu’il faudra attendre les cinq années à venir pour avoir de meilleurs résultats évoquant l’idée de constructions d’immeubles à proximité.

Au centre-ville on sent une tension qui ne dit pas son nom. Sur la vitrine d'une enseigne un commerçant semble s'être résigné et affiche que le bail est à céder.


Le fruit et légume du coin n'a pas remonté son rideau dans l'après-midi. Il se dit aussi qu'il va fermer ses portes.

Bien qu’on ait laissé entendre au travers de l’ouverture de Leclerc "Les Terrass" que les commerçants du centre-ville ne seraient pas impactés il faut reconnaître que pour le moment, le centre-ville de Saint-Joseph se meurt et qu’on a l’impression que d’aucuns auraient programmé des opérations ville-morte.

le 18/01/2020 à 20h28min19s Lu 0 fois

commentaires momentanément suspendus

Commentaires