189987  Le Groupe Bernard Hayot pourrait sauver 2150 emplois 

Economie

Le Groupe Bernard Hayot pourrait sauver 2150 emplois

Alors que la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises de La Réunion (CPME) ne cesse ses atermoiements, le Groupe Bernard Hayot pourrait sauver 2150 emplois.

Que n’a-t-on dit sur le rachat de Vindemia par le Groupe Bernard Hayot. A entendre la CPME et la Région Réunion il faudrait que ce soit un consortium réunionnais qui rachète Vindémia.

Sauf que les syndicats n’ont pas la même vision de la CPME et de La Région. En témoignant auprès du JIR, la CFDT Commerce et Service n’y va pas par quatre chemins et laisse entendre que les Leclerc sont « en passe de devenir les leaders de l’île avec deux nouveaux supermarchés inaugurés prochainement » tout en pointant du doigt le groupe Caillé qu’il dit « déjà endetté » ainsi que les magasins U qui seraient « les pires en matière de dialogue social ».

Et à la logique de la CPME et de la Région Réunion, le syndicat riposte que face à un projet de rachat de 240 millions d’euros, à ce jour, seul le Groupe Bernard Hayot a mis une telle somme sur la table.

Sur le site Imazpresse, Elie Laderval explique qu’il faut « que cette transaction se fasse » quand Mario Corbeau dit que les employés ne peuvent plus attendre.

Et la raison est simple. Le rachat du groupe Vindemia par le Groupe Bernard Hayot pourrait tout simplement sauver 2150 emplois.

le 22/02/2020 à 06h56min03s Lu 0 fois

commentaires momentanément suspendus

Commentaires