211897  Covid-19 : récupération politique, récupération médiatique 

Covid-19

Covid-19 : récupération politique, récupération médiatique

A toute chose malheur est bon dit le proverbe. Ce n’est pas tombé dans les oreilles de sourds puisque tout un chacun tente de récupérer la crise actuelle à son profit.

Il n’y a pas un jour où les politiques de tout bord se manifestent sur les réseaux sociaux ou par communiqué. D’aucuns sont devenus chercheurs, virologues, infectiologues, médecins, infirmiers(ères) quand d’autres sont devenus héros. Pas un seul jour, où, profitant du malheur qui frappe le monde, le pays, la nation pour que ceux-ci se donnent en spectacle en prétendant avoir le remède miracle, la solution pour éradiquer le virus qui ne cesse de progresser.

Il n’y a pas non plus un jour où les journalistes, les médias se font les chantres de la maîtrise de la situation et les parangons de la dénonciation à l’égard des autorités compétentes (ARS, préfecture) qui tentent, tant bien que mal, de faire de leur mieux pour éviter la propagation. Perdant de leur objectivité ils rejoignent à s’y méprendre à ces millions d’internautes qui donnent leur avis par ci et par là avec le même aplomb qu’on devine chez le prosélyte qui ne doute à aucun moment de sa religion. D’aucuns vont même, pour augmenter le nombre de vues sur le site, aller dans le sens de la plèbe accusant la préfecture de ne pas faire son travail, de réquisitionner des masques oubliant en passant qu’en situation extrême, cette prérogative est accordée à l’Etat.

Pas un jour donc, où d’aucuns politiques ou journalistes, prennent le relais pour donner de la voix et plutôt que d’aider d’enfoncer la populace dans la peur. Ils ont sûrement bien en tête comme l’écrivait Nicolas Machiavel que « Celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leurs âmes ». Ils ont compris qu’ils avaient à y gagner sur le plan politique, sur le plan médiatique. S’agissant des médias, il s’agit sûrement pour eux de se repositionner face aux réseaux sociaux qui n’ont eu de cesse de leur voler la vedette, de leur prendre des lecteurs, car aujourd’hui l’information est instantanée, mondiale et qu’elle n’est plus la prérogative de gens ayant fait des études en journalisme. Le quidam qui prend la photo d’un évènement est devenu plus populaires que les médias officiels ou officieux.

Il en est de même des professionnels de la santé, notamment chez certaines infirmières politiquement encartées qui se donnent en spectacle sur Facebook pour inciter les gens à rester chez eux. Certes, le message doit être entendu mais il perd de sa sincérité lorsque celui-ci est mis en scène par une proche d’une politicienne dont elle n’est que la suppléante.

Et pourtant l’heure est grave. Il convient plutôt que de disperser à ses propres fins, de réunir sous le même étendard, sous la même bannière, l’ensemble de la population pour lutter contre le virus.

Il est vrai que le Covid-19 est mortel. Il est vrai que le nombre de morts ne cesse d’augmenter chaque jour. Il est vrai que personne n’est à l’abris et que tout un chacun en a la crainte tant cela pourrait toucher notre père, notre mère, notre sœur, notre frère, nos enfants, nos neveux et nièces, nos oncles et tantes, nos grands-parents, notre épouse, notre époux. Il est vrai aussi qu’on a minimisé sa portée et qu’il aurait fallu dès le départ – comme nous le laissions entendre le 26/02/2020 dans notre article intitulé «Coronavirus à La Réunion, une psychose imbécile » – revoir les arrivées à l’aéroport plutôt que de s’acharner sur des touristes.

Certes rien n’est parfait. Mais cette imperfection n’autorise personne, encore moins les politiques, les journalistes de faire feu de tout bois et de ramener la couverture à eux. L’heure est trop grave pour qu’on s’adonne à ce jeu.

Ne jouons pas sur les peurs. Que les politiques cessent leur danse du ventre et que les journalistes informent à bon escient sans chercher à faire le buzz. D’ailleurs, bon nombre de citoyens en ont marre de cette masse d’informations qui ne sert strictement à rien si ce n’est de créer de la discorde, de la peur, et de rendre inefficace les mesures prises par l’Etat qui pour être ce qu’elles sont ont du moins le mérite d’avoir été mises en place avec la bonne volonté de vrais professionnels qui n’ont pas le temps de se donner en spectacle sur les réseaux sociaux – comme le font certains dans leur blouse blanche ou bleu – trop occupés à aider ceux qui sont dans la tourmente.

le 22/03/2020 à 07h56min25s Lu 0 fois

commentaires momentanément suspendus

Commentaires