222984  Nathalie Bassire veut organiser la vente de produits frais 

Covid-19

Nathalie Bassire veut organiser la vente de produits frais

Bien que les exploitants agricoles n'aient pas attendu les politiques pour faire face au Covid-19 et qu'ils aient pris depuis longtemps les devants pour vendre les produits de leur exploitation en faisant de la vente directe en livrant directement les particuliers, Nathalie Bassire dans une tribune signée par plusieurs député(e)s, veut son organisation à plus grande échelle. C'est ainsi que la députée de la 3ème circonscription écrit...

Le coronavirus SARS-CoV-2, à l’origine de la maladie infectieuse nommée « Covid-19 » par l’Organisation Mondiale de la Santé se propage rapidement et le nombre de pays touchés par ce virus ont permis de lui retenir la qualification de pandémie.

Dans l’Hexagone et les territoires Ultra-marins, ce virus cause aujourd’hui une crise sanitaire majeure. Dans ce cadre, le gouvernement a mis en place un certain nombre de mesures afin de répondre au défi que représente la lutte contre ce virus.

Si les mesures sanitaires de gestion de cette crise sont entièrement justifiées par le danger que représente l’épidémie de coronavirus, l’impact des nouvelles mesures sur la santé économique Française est conséquent. Ainsi, le gouvernement a annoncé, en date du 23 mars, sa décision de « fermer les marchés ouverts » afin de limiter la propagation du virus. Cette décision n’est aucunement remise en cause et s’inscrit pleinement en cohérence dans la stratégie de confinement développée par le gouvernement.

Toutefois, cette décision vient limiter le commerce des maraichers, des éleveurs, des bouchers et des pêcheurs, ainsi que tous les autres petits producteurs qui peinent à vendre leurs produits. En effet, une partie de leur clientèle fut perdue avec la fermeture des établissements de restauration et désormais, ils éprouvent des difficultés à commercer avec le grand public depuis la fermeture des marchés. Si dans certaines zones, l’initiative privée s’est organisée afin de pallier cette problématique, en organisant des livraisons de produits frais à domicile, il serait souhaitable de voir ces procédés s’organiser sur l’ensemble du territoire. A l’instar des marchands ambulants qui sillonnaient les villes et les campagnes, cette méthode de commerce en « porte à porte » de produits frais (au moyen notamment de camions frigorifiques) chez les particuliers aujourd’hui presque disparue, permettrait de limiter les risques dans les centres commerciaux, où les possibilités de contamination sont hautes, car le coronavirus Covid-19 peut rester viable et infectieux de plusieurs heures à plusieurs jours sur différentes surfaces.

Dès lors les Départements, en collaboration avec les services de l’Etat, doivent aller plus loin que les mesures déjà prises pour soutenir l’ensemble des différents producteurs à l’échelle départementale, et s’organiser afin d’assurer la livraison de produits frais à domicile pour tous, ce qui répondrait à la double nécessité de maintien de l’activité économique des petits producteurs, pêcheurs, maraichers, éleveurs et bouchers, tout en évitant à la grande distribution de se trouver en situation de quasi-monopole dans la vente de produits frais avec les risques sanitaires que cela représente.

Députés cosignataires :

Didier Quentin
Nadia Ramassamy
Stéphane Viry
Dino Cinieri
Eric Straumann
Pierre Cordier
David Lorion
Marc Le Fur
Gérard Menuel
Laurence Trastour-Isnart
Julien Dive
Arnaud Viala
Valérie Lacroute
Marie-Christine Dalloz
Bernard Deflesselles
Bérengère Poletti
Jean-Claude Bouchet
Pierre Vatin
Frédéric Reiss
Émilie Bonnivard
Jean-Louis Masson
Véronique Louwagie
Agnès Thill
Josiane Corneloup
Jean-Luc Poudroux
Brigitte Kuster
Julien Aubert
Lénaïck Adam

le 09/04/2020 à 15h20min44s Lu 0 fois

commentaires momentanément suspendus

Commentaires