230637  Mafate, commercial et moderne 

Evasion

Mafate, commercial et moderne

Beaucoup de personnes rêvant de dépaysement pensent pouvoir le retrouver dans le cirque de Mafate. Après quelques kilomètres de marche ils risquent fort de déchanter.

Mafate, qui fait partie du parc national des hauts et inscrit au patrimoine immatériel de l’humanité par l’Unesco fait donc rêver… du moins les naïfs, ceux qui croient encore qu’il puisse encore exister à La Réunion un havre de paix.

Mais il suffit de prendre son courage à deux mains.. pardon... à deux pieds pour s’y rendre par les divers sentiers qui y mènent et découvrir que l’image qu’on avait jusque là est bien loin de la réalité de terrain.

En y faisant une petite excursion par le Col des Bœufs, sentier le plus abordable pour ceux n’ayant pas de grandes aptitudes à la marche, certes ils seront ravis de découvrir sur le parcours de majestueux paysages composés pour partie de tamarins des hauts et des cimes se dessinant au loin.

Mais là s’arrête la beauté du parcours car, quand arrivés à La Nouvelle, ils penseront découvrir un autre monde, c’est celui avant tout du commerce qui se présentera à eux.

Ici des gites et là-bas des épiceries et autres snacks dont certains n’hésiteront pas, pour se faire repérer, de mettre la musique à fond la caisse avec des pubs de boissons pétillantes aussi larges que le snack lui-même. On vend aussi des sandwichs américains ou des pains bouchons gratinés comme dans les rondavelles de la ville de Saint-Pierre.

L’engouement pour les espaces dits naturels est devenu un business lucratif pour l’habitant du coin. Et les effets pervers de la surconsommation y ont aussi trouvé ses repères. Le passage des visiteurs est facilement repérable par les détritus que ces derniers laissent sur leur passage.

La guerre commerciale y fait sournoisement rage que l’épicier du coin, si vous n’achetez pas chez lui – et on peut bien le comprendre – viendra vous faire savoir que pour rester sur les lieux et vous y asseoir il faudra bien consommer.

Et si les promeneurs s’attendaient à une certaine quiétude, outre les musiques tonitruantes, il devra faire aussi avec le bruit des moteurs des hélicoptères qui montent et descendent dans le cirque de Mafate tant pour ramener des produits commerciaux que des visiteurs n’ayant pas la capacité d’y descendre à pied ou ayant suffisamment d’argent pour se permettre de visiter, contre quelques centaines d’euros, ce lieu jadis mystique et mythique sans trop se forcer.

Il en est ainsi de La Nouvelle tout autant de Marla qui s’il se veut un peu plus éloigné – mais qu’on peut rejoindre par les divers sentiers notamment par Cilaos et son fameux Col du Taïbit qui vous donnera bien des crampes dans les mollets – crache aussi son lot de pollution sonore au travers de musiques « branchées » qui viennent faire taire les chants des merles « péi » et autres faunes endémiques de l’île.

Alors si vous rêviez d’un lieu idyllique pour vous évader, ne pensez plus à Mafate. Le mieux c’est de le créer chez vous au travers de votre imagination. Non seulement vous économiseriez vos sous mais qui plus est, en ne fréquentant plus ces sentiers escarpés vous rendriez un sacré service à la nature qui retrouverait dès lors sa quiétude d’antan et permettrait à la faune et la flore locale de se développer en toute tranquillité loin du stress humain qui vient s’y déverser au risque de l’infecter.

le 23/08/2020 à 09h28min58s Lu 0 fois

commentaires momentanément suspendus

Commentaires