244709  Guerre des enseignes et folie consumériste à La Réunion 

Economie

Guerre des enseignes et folie consumériste à La Réunion

Alors même que les pointures des grandes distributions à La Réunion dénonçaient dernièrement la mainmise du Groupe Bernard Hayot sur le département avec l’achat de Vindemia, il se profile à l’horizon l’implantation d’un nouveau Leclerc à Saint-Pierre.

Après qu’Auchan Saint-Pierre eut fermé ses portes en juin 2019, l’espace marchand pourrait retrouver un nouveau souffle avec l’implantation d’un hypermarché Leclerc et non un Lidl comme le craignaient certains commerçants de la place.

Dans un département de 2 512 km² pour 853 659 habitants où le taux de pauvreté atteint 38 % de la population selon les données de l’INSEE l’information pourrait passer inaperçue sauf à considérer le nombre de grandes surfaces à La Réunion.

Dans le rapport de l’lObservatoire des Prix, des Marges et des Revenus de La Réunion (OMPR) commandé à Bolonyocte consulting il apparait que le département de La Réunion ne compte pas moins de 105 magasins dont 17 hypermarchés, avec des surfaces qui vont de 3 000 à 6 000 m² ainsi que 88 supermarchés pour une surface moyenne allant de 800 à 2000 m², 921 commerces de proximités généralistes et 1 319 commerces spécialisés de proximité.

De quoi donner le tournis pour un aussi petit territoire. Si le rapport a été fait le 30/04/2019 avant qu’Auchan Saint-Pierre ne ferme ses portes cela ne change rien à l’excès consumériste à La Réunion voire à la guerre des enseignes, puisque qu’en 2020, l’enseigne E. Leclerc ouvrira un nouveau magasin à Sainte-Marie notamment le 17ème magasin du groupe sur le territoire réunionnais et non des moindres puisque le centre commercial ne fera pas moins de 21 000 mètres carrés – hypermarché et galerie confondue – et ce juste après l’ouverture de Leclerc « Les Terrass » le 19 septembre 2019 à 11 h sur Saint-Joseph pour une surface plancher total de 21 800 m² pour 9 200 m² de surface de vente. D’ailleurs les concepteurs n’ont pas lésiné sur les moyens car la surface abrite un hypermarché E.Leclerc de 4 500 m², une galerie commerciale de 22 boutiques, 4 moyennes surfaces sur 4 700 m² ainsi qu'un parking de 890 places.

Si à ce jour le Groupe Bernard Hayot (GBH) avec le rachat de Vindemia se taille la part du lion du fait qu’en 2019 le groupe Vindémia représentait 29 % du marché alors que lui-même n’était qu’à 17 %, l’enseigne E.Leclerc n’est pas en reste puisque, à cette époque, sa part de marché atteignait les 23 % quand Casino ne faisait que 2 %.

Respectivement lorsque le rapport fut rédigé, les hypermarchés se répartissaient comme suit :

- 8 hypermarchés pour Vindémia / Casino
- 3 hypermarchés pour Leclerc (Excellence)
- 3 hypermarchés pour Carrefour (GBH)
- 2 hypermarchés pour Auchan
- 1 hypermarché pour Casino.

Ici ne sont pas pris en compte les supermarchés. Mais il ne fait aucun doute que l’emprise de ces grandes surfaces sur le territoire réunionnais n’est pas sans mettre à mal les petits commerces de proximité.

Et l’éventuelle arrivée d’un Leclerc sur Saint-Pierre et notamment au lieu-dit « Les Casernes » à la place de l’ancien Auchan n’est pas pour arranger les choses.

En effet, sur le bassin « Saint-Pierre / Le Tampon / Entre-Deux » – dont la zone est caractérisée aujourd’hui par 4 hypermarchés depuis la disparation d’Auchan – l’implantation d’un nouveau Leclerc si elle enchante certains internautes et clients ayant répondu à l’enquête de Polygone n’est pas sans risque pour les commerces de proximité. Tout comme l’implantation de Leclerc Saint-Joseph ou tout hypermarché de toute enseigne de cette envergure sur un bassin donné, celui-ci viendra affaiblir sur le bassin concerné les petits commerces de proximité voire les faire disparaitre.

Chez les acteurs de la grande distribution concernée et quelle que soit l’enseigne et les politiciens locaux, gauche ou droite, les deux confondues, qui ont à donner leur aval, c’est toujours le même leitmotiv : celui de faire jouer la concurrence et de créer des emplois.

Mais il semblerait que la réalité soit tout autre. Car s’il s’agissait de créer des emplois et de faire jouer la concurrence, on ne détruirait pas les petits commerces de proximité par la mise en place de mastodonte de la distribution au travers d’enseignes comme Leclerc, Carrefour, Auchan détenu à La Réunion respectivement par le groupe Excellence, GBH et Auchan pour ne citer que ces enseignes tout en sachant que les Leader Price sont détenus par le groupe Caillé et les Hyper U par le système U.

Ce qu’il faut savoir c’est que le marché local représente à lui seul la bagatelle de 3.8 milliards d’euros dont 1.9 milliard d’euro uniquement pour la consommation de produits alimentaires. De quoi donc susciter la convoitise des grands groupes de distribution.

Ce qui fait dire au rapport commandé par l’OMPR que le département de La Réunion ne peut être qualifié de « petit marché ».

Cela est d’autant plus étonnant que comme nous le disions plus haut le taux de pauvreté avoisine les 38 % et que le taux de chômage des 15 à 64 ans en 2017 s’élevait lui à 33.9 %.

Mais il faut dire aussi que les Réunionnais consomment beaucoup. Dans une enquête de l’INSEE portant sur le budget des familles en 2017 il apparait que si la consommation est différente en fonction du niveau de vie, la consommation mensuelle des ménages modeste s’élève à La Réunion à 1 010 € et celle des ménages les plus aisés à 3 680 € pour être même supérieurs à ceux de leurs homologues métropolitains.

Vu les chiffres, l’on comprend mieux l’empressement des grands groupes de distribution que de vouloir s’y installer et les guerres commerciales qui s’y trament ainsi que l’enthousiasme irrationnel des Réunionnais de voir une grande enseigne prendre le relais d’une autre ancienne sur Saint-Pierre quand ceux-ci sont interrogés.

Jamais en un seul et aussi petit endroit la guerre commerciale n’aura fait autant rage et la folie consumérisme ne se sera jamais aussi bien portée. A croire que La Réunion est devenue le terroir de l’excès négatif en tout genre.

le 24/10/2020 à 18h50min51s Lu 0 fois

commentaires momentanément suspendus

Commentaires