295506  L’opposition Saint-Pierroise monte au créneau 

Communiqué

L’opposition Saint-Pierroise monte au créneau

Que se passe-t-il à Saint-Pierre ? Entre l’affaire Casabona, le droit des élus de l’opposition et la gestion de la Covid ou de la dengue, rien de bon si l’on se réfère au communiqué de Jean Gaël Anda, Brigitte Hoarau et Armand Balaya.

1- Sur le projet de CASABONA

M Jean Gaël ANDA a exposé son analyse sur le projet d’aménagement du site de CASABONA, suite aux propos du maire de Saint-Pierre, à ce sujet :

Nous nous opposons à ce projet :

- car il n’est pas normal que l’argent public finance une route desservant un centre commercial, privé,

- Aujourd’hui on sort du chapeau une association de quartier pour financer un Parcours de santé, et préserver ce poumon vert qualifié pourtant auparavant de buissons … qui devient tout à coup utile !
La forme de la communication est outrageuse et cette mise à l’index de mouvements citoyens quelques soient leurs convictions, est inacceptable car il n’y a pas eu de vandalisme de leur part, bien au contraire, il a été question de replanter des arbres là où d’autres sont venus les couper, à la faveur de la nuit et sous protection de la police municipal.

La méthode est tout autant scandaleuse, verticale, unilatérale, autoritaire !!! Elle correspond à des pratiques d’un autre temps… celle d’un « Roitelet » face à ses obligés…Les propos de rejets de l’autre, ne sont pas dignes d’un premier Magistrat, ancien Sénateur de la République, qui devrait être plus soucieux du bien vivre-ensemble en ces temps difficiles.

CASABONA appartient à tout le monde, « Vous n’êtes pas propriétaire de Saint-Pierre, M FONTAINE »,

- Malgré notre recours gracieux, la volonté de la commune reste inchangée à ce jour.

2- Sur le droit des élus de l’opposition

Jean Gaël ANDA et Brigitte HOARAU regrettent le non-respect des droits des élus de l’opposition à Saint-Pierre :

- Nous avons écrit au Préfet pour demander le respecte de la publicité des débats du Conseil municipal ; Lors de la dernière séance, le Maire accepte ses militants, mais refuse l’accès à d’autres citoyens, pour des prétendues mesures de restrictions sanitaires en fixant opportunément la jauge de présents dans la salle à 62 personnes alors que quelques jours plus tôt, le Conseil communautaire s’était réuni avec bien plus de personnes. Nous ne parlons pas de certains évènements familiaux récents, qui ont réuni plus de 100 personnes dans cette même salle…

- Nous avons été obligés de saisir le Tribunal administratif, pour disposer d’un local de travail. Le jugement rendu depuis janvier 2020 oblige la Commune à nous en fournir un. Nous attendons ce local depuis plus d’un an et nous devons ressaisir le tribunal pour l’application d’une astreinte qui était prévue dans le jugement.

- Notre droit d’expression lors des conseils municipaux est constamment décrié et dénigré.

- Le droit à communication en tant qu’élus de l’opposition est minimal : le Maire ne nous a pas informé des publications de la Voie du Sud en 2020 afin qu’on puisse envoyer notre article,
Il nous est interdit de publier des photos ou illustrations dans nos articles, ce qui est illégal.
Nous n’avons pas accès aux autres supports de communication, ce qui également illégal.

- Ces attitudes visant à nous museler sont inadmissibles et sont manifestes de méthodes anti -démocratiques qui prévalent à Saint-Pierre.

3- Sur la gestion de la crise COVID et de la Dengue

Jean Gaël ANDA avait écrit au Préfet en janvier 2021 pour s’inquiéter du manque de contrôle sanitaire alors que les variants devenaient inquiétants.

A ce jour, parce que des mesures n’ont pas été prises à temps, nous en sommes à un couvre-feu qui se prolonge, une économie de plus en plus fragilisée…

La campagne de communication de la ville de Saint-Pierre avec des affiches et voitures sonos est inadaptée alors que dans certaines écoles de la Commune il n’y a même pas de gel hydroalcoolique, contraignant les enseignants et Directeurs d’école à acheter eux-mêmes les solutions de protection.

Enfin, Armand BALAYA, Médecin demande que l’organisation de la vaccination soit développée et plus accessible dans les quartiers car beaucoup de personnes âgées ou dépendantes ne peuvent se déplacer jusqu’au CHU.

Enfin, il faut de façon urgente, un vaste plan de nettoyage de la ville et des quartiers pour limiter la propagation de la Dengue dans la Commune.

Jean Gaël ANDA,
Brigitte HOARAU
et Armand BALAYA

Jean Gaël Anda,, Brigitte Hoarau, Armand Balaya le 19/03/2021 à 15h29min52s Lu 0 fois

commentaires momentanément suspendus

Commentaires