350890  Vanessa Miranville, de l’écologie à la démagogie 

Tribune libre

Vanessa Miranville, de l’écologie à la démagogie

Nous sommes un groupe de citoyens possessionnais écologistes. Nous avons cru en Vanessa Miranville. Nous avons soutenu sa candidature aux élections cantonales de 2011 puis aux élections municipales de 2014. Mais une fois élue, elle quitte la mouvance écologiste. La nouvelle maire s’est, en effet, servie de l’écologie pour prendre la mairie de La Possession en mars 2014 avec son comité intitulé Possession Écologie Solidarité. Et dès le mois d’avril 2014 elle décide d’abandonner ce nom qui fait référence à l’écologie pour fonder un micro-parti au nom creux de CREA (Citoyens de la Réunion En Action)


La question est quel est l’objectif visé par Vanessa Miranville ? Vanessa Miranville n’est-elle pas finalement une opportuniste comme tant d’autres femmes et hommes politiques ?

Ainsi elle refuse de voir figurer dans son programme des élections municipales de 2020 les termes Écologie, Environnement ou Biodiversité et jusqu’au terme Nature qui est effacé de son programme du second tour de scrutin.

Quel est donc le but de Vanessa Miranville sinon de se faire une place de façon «pragmatique» et «sans appartenance politique» ?

Tout cela est simplement synonyme de cynisme politique surfant sur des thèmes bien populistes mais sans grande réflexion ni conviction.

Sur la carrière des Lataniers et sur l’incinérateur, elle a retourné sa veste et elle a adopté finalement un positionnement anti Écologie en trahissant son électorat.

Elle se fait la championne de la démocratie et du respect des citoyens mais elle ne vote pas au 2e tour des précédentes élections régionales et elle dirige sa mairie de façon autoritaire en braquant les employés communaux.

Vanessa Miranville prétend être favorable à une autonomie énergétique pour La Réunion indépendamment des multinationales mais en réalité elle a donné son accord pour qu’un grand groupe international construise des silos à copeaux de bois importé d’Amérique renforçant toujours plus la dépendance énergétique de notre île vis à vis de l’extérieur.

Concernant la route la digue de la NRL comme sur de nombreux autres dossiers, Vanessa Miranville cultive l’ambiguïté et se livre à un double discours en refusant de trancher et préférant fuir le débat en promettant un referendum. C’est de la pure démagogie ! C’est à elle la candidate de prendre son courage à deux mains et de proposer des solutions aux Réunionnais sur les sujets les plus sensibles.

De même tous les Réunionnais ont noté que durant cette campagne électorale, le discours de Vanessa Miranville prend une tournure populiste. Elle s’attaque aux élus sortants. Mais le problème c’est que elle même est une élue sortante qui a aussi bien pactisé avec la droite, Joseph Sinamalé, qu’avec la gauche, Huguette Bello, au TCO et avec Didier Robert à la Région pour la carrière des Lataniers.

Par ailleurs, les possessionnais ne comprennent pas pourquoi à peine réélu maire de sa ville en 2020, elle se lance à l’assaut de la Région en 2021. Vanessa Miranville a une nouvelle fois renié les engagements qu’elle a pris avec les électeurs de La Possession en voulant écourter son mandat actuel.

Enfin Vanessa Miranville parle souvent d’éthique et de transparence en politique mais elle oublie de préciser qu’elle collabore dans sa commune avec les promoteurs immobiliers.

Comment les électeurs peuvent-ils faire confiance à Vanessa Miranville alors qu’elle a trahi l’écologie et alors qu’elle a des pratiques politiques opposées aux valeurs qu’elle prétend défendre ?

Maya Sina, citoyenne écologistes possessionnaise

Maya Sina, citoyenne écologistes possessionnaise le 18/06/2021 à 05h20min11s Lu 0 fois

commentaires momentanément suspendus

Commentaires