362674  Les caissières n’en peuvent plus 

Economie

Les caissières n’en peuvent plus

La crise du Covid, l’incivilité des clients font qu’aujourd’hui au sein des grandes surfaces, les caissières n’en peuvent plus.

Elles restent stoïques face à l’adversité mais à l’intérieur elles bouillent. Il faut dire que de plus en plus de caissières outre le fait de devoir gérer les consignes face au Covid doivent parfois souffrir le mépris voire tout simplement l’incivilité des clients.

Et cette période de couvre-feu n’est pas pour arranger les choses. Pire, alors même que les magasins doivent fermer au plus tôt c’est à la dernière minute que beaucoup d'individus se rendent dans les grandes surfaces.

Une caissière de Saint-Louis relate qu’alors que le magasin allait fermer ses portes à 17h45 lorsque le couvre-feu était à 18h, l’ensemble du personnel avait constaté la venue en masse dans leur magasin de consommateurs de dernières minutes.

Dimanche d’ailleurs, une enseigne saint-louisienne a dû réguler l’entrée dans le magasin tant les clients avaient dépassé le quota prévu par la préfecture gérant du coup un stress chez le personnel débordé et craintif d’attraper devant tant d’attroupement la covid.

A cette recrudescence de clients aux heures proches de la fermeture, il leur faut aussi gérer dixit l’une d’’elle des clients qui paient en petites monnaies ou qui tout en affirmant n’avoir que 40 € chargent leur caddy au-delà de leur pouvoir d’achat avant de se rétracter ou de laisser la majorité des courses pour qu’elles les rangent en rayon oubliant au passage que certains produits ayant quitté la chaine de froid ne peuvent qu’être détruits.

Et puis fait savoir une autre, il y a ceux qui bien que sachant qu’il faut présenter leurs cabas s’emportent quand les caissières leur demandent de présenter ceux-ci. C’est ainsi que l’une d’elle s’est fait « engueuler », la cliente lui demandant si elle la prenait pour une voleuse.

Les anecdotes n’en manquent pas. Avec le Code de l’environnement qui prévoit d’ici le 1er janvier 2023 la disparition des tickets de caisse, les caissières ont d’ores et déjà pour mission de demander aux clients s’ils souhaitent ou non leur ticket de caisse. D’aucuns parmi les clients disent non et après que la caissière eut fini l’enregistrement des marchandises voilà ceux-là même ayant répondu par la négative, réclamer leur ticket.

Des situations qui donnent à penser qu’aussitôt qu’une personne se transforme en client, celle-ci devient tout autant mal élevée voire tout simplement odieuse tant son comportement diffère d’une personne mature et civilisée.

le 16/08/2021 à 18h44min16s Lu 0 fois

commentaires momentanément suspendus

Commentaires