362664  Incinérateur "Run Eva" de Pierrefonds : graves dangers pour la santé et l'environnement ! 

Incinérateur "Run Eva" de Pierrefonds : graves dangers pour la santé et l'environnement !

Je ne peux en aucun cas me réjouir de la pose de la 1ère pierre ce vendredi 10 septembre 2021 de l’Unité de Valorisation Energétique par incinération de déchets ménagers à Pierrefonds.

Son habillage écologique est peu convaincant, reposant principalement sur un tri bio-mécanique
peu efficace par rapport au tri manuel (qui lui est source d’emplois locaux et durables), et sur une
production d’électricité peu importante par rapport à la consommation totale d’électricité à La
Réunion.

Cet équipement d’un coût de plus de 405 millions d’euros TTC (conception, réalisation,
exploitation et maintenance) sur une quinzaine d’années va avoir des conséquences néfastes et
graves pour la santé et l’environnement, mais aussi pour nos finances publiques et la fiscalité
locale.

Ce projet écocide, qui va émettre des rejets toxiques dans l’atmosphère, ne va pas dans le sens
des engagements internationaux, des obligations européennes, des principes constitutionnels et
des textes législatifs de la France ; il n’est en effet pas conforme aux objectifs fixés notamment
par :

--> l’Accord de Paris de 2015 (COP21) ratifié par notre pays en 2016 ;

-->les directives du “paquet européen relatif à la qualité de l’air”, ainsi que les jurisprudences
récentes y afférentes tant de la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) que de la Cour de Cassation ;

-->la Charte de l’Environnement adossée depuis 2005 à notre Constitution, et notamment le Principe de Précaution, ainsi que la jurisprudence y afférente du Conseil d’Etat ;

--> les lois de 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV), de
2020 relative à la lutte anti gaspillage pour une économie circulaire (AGEC), de 2021
“Climat et résilience” !

En ma qualité de députée de La Réunion, je déplore que l’on brûle avec ce projet d’incinérateur
des textes de lois importants votés par le Parlement.

C’est un désastre pour l’avenir, avec notamment de grands dégâts compte tenu du changement
climatique.

J’ai par ailleurs une pensée pour nos jeunes et moins jeunes, ainsi que nos générations futures, qui
risquent de devoir faire face dans les prochaines décennies à des risques accrus de maladies
graves respiratoires, voire de cancers …

En outre, à l’heure d’une flambée des prix du transport maritime du fait de la crise sanitaire
mondiale, je déplore que personne ne s’interroge sur les “coûts cachés” de l’exportation des
dizaines de milliers de futurs déchets dangereux (REFIOM, Mâchefers, ...) issus de l’incinération
des Combustibles Solides de Récupération (CSR) vers les installations classées de type 1 en France
hexagonale. Le contribuable réunionnais devra hélas payer !

Je reste persuadée qu’il faut privilégier les modes prioritaires de gestion des déchets : la
prévention et la réduction à la source des déchets, la réparation et la réutilisation, le tri et le
recyclage, qui sont meilleurs tant pour l’environnement et la santé que pour l’emploi et le pouvoir
d’achat des familles réunionnaises.

Nathalie BASSIRE
Députée de La Réunion

Nathalie BASSIRE le 11/09/2021 à 18h29min35s Lu 0 fois

commentaires momentanément suspendus

Commentaires