372989  Primaire écologiste : EELVR et GE ne sont ni pour, ni contre, bien au contraire ! 

Tribune libre

Primaire écologiste : EELVR et GE ne sont ni pour, ni contre, bien au contraire !

Le premier tour de la primaire écologiste a produit un résultat assez similaire au précédent duel d’une autre primaire des écolos en son temps entre Eva Joly et Nicolas Hulot. Nous savons ce qu’il en est advenu, c’est-à-dire une marginalisation encore plus criante de l’écologie politique.

Ainsi, le scénario qui se présente est assez similaire à ce précédent duel avec d’un côté Yannick Jadot qui ne fait pas partie du canal historique puisqu’il vient de l’extérieur du parti et Sandrine Rousseau pur produit des verts qui représente cette écologie radicale désormais quasiment majoritaire au sein du parti des verts.

La position d’EELV Réunion est pour le moins étrange. Mme Mélissa Cousin, la nouvelle secrétaire régionale n’est « ni pour, ni contre » quant à une consigne pour le second tour. Sa position représente bien la façade que veut se donner le parti EELV principalement les militants « historiques », c’est-à-dire ceux qui prônent l’écologie radicale, sans concessions, qui à chaque échéance d’une élection présidentielle se cassent les dents sur un 3%.

Le message est identique pour Génération écologie qui prend la même position de ne donner aucune consigne.

J’ai été secrétaire régional d’EELVR pendant plusieurs années à La Réunion et à mon sens, les responsables d’un parti se doivent de donner leur positionnement le plus clairement possible. A minima ceux-ci devraient expliquer qu’entre Yannick Jadot et Sandrine Rousseau il y a des différences notables. En effet, Jadot du fait de son appartenance à d’autres mouvements avant de connaître EELV a une vision plus large et moins étriquée de l’écologie. C’est une personnalité médiatique qui peut faire mieux comprendre les enjeux écologiques à une population générale qui a besoin de comprendre pourquoi c’est important de se soucier de la planète et qui est de plus en plus prompt à suivre le changement. De l’autre côté, Sandrine Rousseau est enfermée dans une écologie radicale, qui prône des concepts théoriques plus que des propositions réalistes à court et moyen terme.

Les dirigeants régionaux doivent prendre position face à ces deux visions de l’écologie, pas diamétralement opposées, mais tout de même avec de fortes nuances sur l’approche et la manière d’envisager l’écologie politique.

Sans évidemment porter de jugement sur la personne, j’estime que Sandrine Rousseau ne représente qu’une petite partie des écologistes et particulièrement ceux qui sont plus dans la radicalité. Yannick Jadot quant à lui est une personnalité capable de faire des ponts avec les autres et me semble être celui qui peut le mieux défendre l’écologie avec pragmatisme et sans concessions.
Si Sandrine Rousseau gagne la primaire, la candidature des verts sera marginalisée et nous perdrons 5 ans jusqu’à la prochaine primaire écologiste dans 5 ans.

Jean Alain Cadet
Écologiste

Jean Alain Cadet le 24/09/2021 à 17h21min23s

commentaires momentanément suspendus

Commentaires