425602  Loi française, loi guadeloupéenne, loi martiniquaise, l’autonomie voire l’indépendance s’impose 

Crise identitaire

Loi française, loi guadeloupéenne, loi martiniquaise, l’autonomie voire l’indépendance s’impose

Les évènements qui ont lieu dans les Antilles notamment en Guadeloupe ou en Martinique font actuellement l’objet de polémiques après que le ministre de l’Outre-mer, Sébastien Lecornu, a parlé sans tabou de l’autonomie. Pourtant face aux cris d’orfraie des oppositions rien n’est plus légitime qu’une telle proposition au vu des revendications d’un peuple qui réfute les lois françaises et qui pour certains sont entrés dans une lutte armée.

A l’origine de la crise dit-on se trouve l’obligation vaccinale du personnel de santé et des pompiers, obligation propre à tout le territoire français. Puis, semble-t-il, d’autres revendications vont apparaître liées à la situation économique de ces îles, à l'identité et la précarité de ces jeunes pour la plupart désœuvrés.

Tant et si bien que les deux départements vont se trouver paralyser par des manifestations échappant même à leurs organisateurs, notamment ceux ayant appelé à une grève générale, en ce que nuit comme jour, des barricades sont mis en place, des pillages ont lieu et le pire, parmi les émeutiers d’aucuns ont carrément pris les armes.

D’une lutte syndicale, ces départements sont tombés dans une lutte armée qui en dit long sur l’état d’esprit d’un peuple qui ne se reconnait plus dans la république française.

Ainsi, quand bien même que l’Etat ait dépêché sur place des renforts pour aider les forces de l’ordre, les médias nationaux rapportent que ceux-ci ont fait l’objet de tirs tant et si bien que certains d’entre eux ont été blessés.

Les forces de l’ordre semblent ne pas être les seules cibles des émeutiers. Les journalistes aussi sont pris à partie par des individus mobiles à moto qui n’hésitent pas à sonner la charge.

Une situation critique qui sonne comme un aveux et l’échec des diverses politiques mises en place depuis des décennies en faveur de ces collectivités qui semblent ne pas y trouver leur compte et qui ne peut qu’interpeller quant à leur avenir au sein de la France.

Le fait même de contester une mesure nationale, notamment l’obligation vaccinale pour tous les soignants et pompiers sur l’ensemble du territoire français constitue un baroude d’honneur que ne peut souffrir la constitution française en ce que la République est une et indivisible.

Cependant on ne peut nier que le pacte républicain est rompu et que la France se trouve au pied du mur sans autre alternative que de lever le tabou de l’autonomie. Par ailleurs ce n’est pas de son propre chef qu’il en parle puisqu’il laisse entendre que les élus locaux ont abordé le sujet en creux.

Lorsque Sébastien Lecornu parle d’autonomie, certes, il ne parle pas d’indépendance. Mais lorsqu’une scission apparaît aussi profonde au sein d’un peuple et que ses idées ne font plus cause commune avec la Constitution d’un Etat souverain comme la France qui le régit il n’est pas tabou, comme l’a fait le gouvernement de parler d’autonomie et encore moins de parler d’indépendance.

De dire les choses comme elles sont, sans honte, sans peur, c’est là, la force de notre démocratie.

le 29/11/2021 à 04h38min34s

commentaires momentanément suspendus

Commentaires